ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Accueil/Articles/MOBILITÉ/L’AÉROPORT DE MONTPELLIER PRÊT À REDÉMARRER

MOBILITÉ

L’AEROPORT DE MONTPELLIER PRÊT À REDÉMARRER

Entretien avec Emmanuel Brehmer, Président du directoire de l’aéroport Montpellier Méditerranée

Le 16 mars dernier les activités et le développement de l’aéroport de Montpellier ont été stoppés nets … Comment avez vous vécu cette épreuve avec votre équipe ?

C’est le moment le plus dur que j’ai vécu dans ma vie professionnelle !

D’autant plus que l’année 2019 était le lancement de l’apothéose vers 2020 ou pour franchir le pas entre nos 1.2 à 1.9 millions de passagers — plafond de verre que nous avions atteint par le développement ligne par ligne — il nous fallait une base pour faire le bond et amener l’aéroport de Montpellier vers ce qu’il doit être, un aéroport à 3 millions de passagers avec 50 à 80 destinations. C’est la raison pour laquelle nous avons travaillé durant 5 ans à l’amélioration de notre compétitivité, de notre attractivité et de notre taille, car il faut être gros pour attirer les gros.

On est finalement arrivé à cet accord avec Transavia, (la filiale low-cost du groupe Air France – KLM) pour l’installation à Montpellier de sa quatrième base après Paris, Nantes et Lyon. Nous avons fait un gros travail de communication et les réservations ont généré des niveaux jamais atteints. Transavia et nous-mêmes étions vraiment heureux et nous préparions une grande fête pour ce démarrage qui devait avoir lieu 3 jours avant le Covid … Mauvais timing !

Nous avons dû rapidement réagir face à la situation. L’aéroport dispose de fonds qui lui permettent de ne jamais envisager de licenciement qui ne soit pas réellement lié à une aptitude professionnelle, mais les deux membres du directoire, la DRH et moi-même avons vécu deux mois et demi très compliqués…

« On sauve tous les emplois et on maintient les rémunérations »

Dans quelle mesure, le contexte sanitaire remet-il en question les ambitions de l’aéroport ?

Aucune, c’est un coup de frein. Un stop avant de repartir. Je n’ai pas encore représenté le plan, car contrairement à d’autres, nous sommes incapables d’avancer des dates : ni des reprises, ni de rattrapage de niveau. Nous avons la chance de n’avoir perdu aucun de nos partenaires, et malgré des difficultés d’avoir passé ce cap, pour l’instant tout en maintenant les 2000 emplois et 100% des rémunérations, financièrement nous sommes debout !

Les 2000 salariés sont prêts, nous avons Transavia, Volotéa et Air France joue le jeu et met tout en oeuvre pour relancer la destination Paris.

« L’objectif des 2.5 millions de passagers avant 2025, demeure ! »

Qu’en est-il de la base Transavia ?

Nous avons eu peur qu’elle soit remise en question lors de la restructuration du groupe Air France-KLM, mais non seulement ce n’est pas le cas mais nous signons un nouveau contrat en avril 2021 pour 5 ans.

Transavia est une belle réussite en soi, car lorsqu’on base des avions et que l’on ajoute 20 destinations, avec un potentiel de 500.000 passagers c’est quelque chose de fantastique et une magnifique aventure humaine à vivre. Nous avions de très bonnes relations avec l’équipe de Transavia, mais cette crise nous a rapprochés davantage et je suis convaincu qu’on va repartir, et mieux que la moyenne grâce à Transavia notamment.

Les passagers ont-ils été nombreux cet été à partir de chez eux ?

Transavia a proposé plus de 12 lignes malgré la situation, toutes n’ont pas fonctionné, mais la compagnie est satisfaite, même si cela aurait pu être beaucoup mieux. Nous avons sous-exploité un potentiel énorme, mais cela n’a fait que confirmer l’envie de Transavia.

Combien de lignes sont ouvertes en cette rentrée ?

25 lignes. Ce qui est inquiétant pour un 15 septembre c’est le démarrage sur Paris. Air France a ouvert 11 vols sur la destination et je constate que les gens ne sont pas suffisamment informés. Même s’il est vrai que chaque année entre la fin août et la rentrée nous constatons un petit trou d’air, cette fois il est plus significatif et il dure. C’est inquiétant et nous allons agir là-dessus.

Je souhaite préciser qu’il n’y a pas plus sécurisé pour voyager que l’avion, compte tenu du modèle de climatisation des appareils et de toutes les mesures et procédures mises en place dans les aérogares.

Les projets à venir ?

« Nous sommes prêts à redémarrer »

Nous avons des équipes motivées comme jamais, passionnées comme toujours, l’outil est prêt et on a la capacité à soutenir la relance des compagnies.

Nous allons d’ailleurs annoncer 4 à 5 belles surprises dans les semaines qui viennent, et c’est magique dans ce contexte car rares sont les aéroports à lancer de nouvelles lignes !

Propos recueillis par Anne Perez

AÉROPORT MONTPELLIER MÉDITERRANÉE

www.montpellier.aeroport.fr

DECOUVREZ LE PORTRAIT D'EMMANUEL BREHMER

par My Mag Montpellier
ICI
2020-11-17T11:02:04+01:0020 septembre 20|MOBILITÉ|
Aller en haut